/, Recherche médicale/La transmission génitale du VPH chez la souris est potentialisée par le Nonoxynol-9

La transmission génitale du VPH chez la souris est potentialisée par le Nonoxynol-9

Dans une deuxième étude, publiée en 2007 et intitulée Genital Transmission of HPV in a Mouse Model is Potentiated by Nonoxynol-9 and Inhibited by Carrageenan, l’équipe de recherche composée de Jeffrey Roberts, Christopher Buck, Cynthia Thompson, Rhonda Kines, Marcelino Bernardo, Peter L. Choyke, Douglas R. Lowy et John T. Schiller nous apprend que la transmission génitale du VPH chez la souris est potentialisée par le Nonoxynol-9 et inhibée par la carraghénine, et nous fait une extraordinaire série de révélations à partir des résultats de tests in vivo sur des souris.

Premièrement, ils ont découvert qu’en fait le spermicide Nonoxynol-9 couramment utilisé augmentait de beaucoup la probabilité de développer une infection au VPH.  Ils ont également constaté que la carraghénine, en général, et le produit Divine 9, en particulier, éliminaient virtuellement chez la souris l’infection due au VPH.  En dernier lieu, ils se sont aperçus qu’en combinant un produit à base de carraghénine comme le Divine 9 au Nonoxynol-9, le risque de contracter une infection au VPH diminuait, encore une fois, de beaucoup.

Même si cette étude n’a pas porté sur l’Homme, la conclusion incite néanmoins à réfléchir. L’utilisation du Nonoxynol-9 comme spermicide en vue de la régulation des naissances peut augmenter les risques d’infection par le VPH.  Toutefois, si on le combine à un produit à base de carraghénine comme le Divine 9, le risque d’infection pourrait être diminué.

(1) Effectiveness of condoms in preventing sexually transmitted infections par Holmes KK, Levine R, Weaver M; Bulletin of World Health Organization, vol. 82, p. 454 à 461.

Téléchargez le rapport de recherche